Votre dernier film

Partages sur le cinéma, les séries, ...
Avatar de l’utilisateur
Meduse
Messages : 2297
Inscription : 23 nov. 2019, 14:28

4075248.jpg
:heart: :heart: :heart: :heart: :heart: :heart: :heart:

Avatar de l’utilisateur
---
Messages : 2079
Inscription : 13 déc. 2019, 21:31

Image

https://www.france.tv/france-2/germinal/
Émile a écrit :Dans la plaine rase, sous la nuit sans étoiles, d’une obscurité et d’une épaisseur d’encre, un homme suivait seul la grande route de Marchiennes à Montsou dix kilomètres de pavé coupant tout droit, à travers les champs de betteraves. Devant lui, il ne voyait même pas le sol noir, et il n’avait la sensation de l’immense horizon plat que par les souffles du vent de mars, des rafales larges comme sur une mer, glacées d’avoir balayé des lieues de marais et de terres nues. Aucune ombre d’arbre ne tachait le ciel, le pavé se déroulait avec la rectitude d’une jetée, au milieu de l’embrun aveuglant des ténèbres.
Les femmes avaient paru, près d'un millier de femmes, aux cheveux épars, dépeignés par la course, aux guenilles montrant la peau nue, des nudités de femelle lasses d'enfanter des meurt-de-faim. Quelques-unes tenaient leur petit entre les bras, le soulevaient, l'agitaient ainsi qu'un drapeau de deuil et de vengeance. D'autres, plus jeunes, avec des gorges gonflées de guerrières, brandissaient des bâtons ; tandis que les vieilles, affreuses, hurlaient si fort, que les cordes de leurs cous décharnés semblaient se rompre. Et les hommes déboulèrent ensuite, deux mille furieux, des galibots, des haveurs, des raccommodeurs, une masse compacte qui roulait d'un seul bloc, serrée, confondue au point qu'on ne distinguait ni les culottes déteintes, ni les tricots de laine en loques, effacés dans la même uniformité terreuse. Les yeux brûlaient, on voyait seulement les trous des bouches noires, chantant la Marseillaise, dont les strophes se perdaient en un mugissement confus accompagné par le claquement des sabots sur la terre dure. Au-dessus des têtes, parmi le hérissement des barres de fer, une hache passa, portée toute droite ; et cette hache unique, qui était comme l'étendard de la bande avait, dans le ciel clair, le profil aigu d'un couperet de guillotine.
[...]
C’était la vision rouge de la révolution qui les emporterait tous, fatalement, par une soirée sanglante de cette fin de siècle. Oui, un soir, le peuple lâché, débridé, galoperait ainsi sur les chemins ; et il ruissellerait du sang des bourgeois. Il promènerait des têtes, il sèmerait l'or des coffres éventrés. Les femmes hurleraient, les hommes auraient ces mâchoires de loups, ouvertes pour mordre. Oui ce seraient les mêmes guenilles, le même tonnerre de gros sabots, la même cohue effroyable de peau sale, d'haleine empestée, balayant le vieux monde, sous leur poussée débordante de barbares.
Oui, c'est votre idée, à vous tous, les ouvriers français, déterrer un trésor, pour le manger seul ensuite, dans un coin d'égoïsme et de fainéantise. Vous avez beau crier contre les riches, le courage vous manque de rendre aux pauvres l'argent que la fortune vous envoie… Jamais vous ne serez dignes du bonheur, tant que vous aurez quelque chose à vous, et que votre haine des bourgeois viendra uniquement de votre besoin enragé d'être des bourgeois à leur place.
Encore, encore, de plus en plus distinctement, comme s'ils se fussent rapprochés du sol, les camarades tapaient. Aux rayons enflammés de l'astre, par cette matinée de jeunesse, c'était de cette rumeur que la campagne était grosse. Des hommes poussaient, une armée noire, vengeresse, qui germait lentement dans les sillons, grandissant pour les récoltes du siècle futur, et dont la germination allait faire bientôt éclater la terre.
La lutte elle-même suffit à remplir un cœur d'homme. Il faut imaginer Sisyphe heureux.
Avatar de l’utilisateur
goelandfou
Messages : 1576
Inscription : 17 nov. 2019, 17:20

--- a écrit : 23 nov. 2021, 13:36 Image

https://www.france.tv/france-2/germinal/
Émile a écrit :Dans la plaine rase, sous la nuit sans étoiles, d’une obscurité et d’une épaisseur d’encre, un homme suivait seul la grande route de Marchiennes à Montsou dix kilomètres de pavé coupant tout droit, à travers les champs de betteraves. Devant lui, il ne voyait même pas le sol noir, et il n’avait la sensation de l’immense horizon plat que par les souffles du vent de mars, des rafales larges comme sur une mer, glacées d’avoir balayé des lieues de marais et de terres nues. Aucune ombre d’arbre ne tachait le ciel, le pavé se déroulait avec la rectitude d’une jetée, au milieu de l’embrun aveuglant des ténèbres.
Les femmes avaient paru, près d'un millier de femmes, aux cheveux épars, dépeignés par la course, aux guenilles montrant la peau nue, des nudités de femelle lasses d'enfanter des meurt-de-faim. Quelques-unes tenaient leur petit entre les bras, le soulevaient, l'agitaient ainsi qu'un drapeau de deuil et de vengeance. D'autres, plus jeunes, avec des gorges gonflées de guerrières, brandissaient des bâtons ; tandis que les vieilles, affreuses, hurlaient si fort, que les cordes de leurs cous décharnés semblaient se rompre. Et les hommes déboulèrent ensuite, deux mille furieux, des galibots, des haveurs, des raccommodeurs, une masse compacte qui roulait d'un seul bloc, serrée, confondue au point qu'on ne distinguait ni les culottes déteintes, ni les tricots de laine en loques, effacés dans la même uniformité terreuse. Les yeux brûlaient, on voyait seulement les trous des bouches noires, chantant la Marseillaise, dont les strophes se perdaient en un mugissement confus accompagné par le claquement des sabots sur la terre dure. Au-dessus des têtes, parmi le hérissement des barres de fer, une hache passa, portée toute droite ; et cette hache unique, qui était comme l'étendard de la bande avait, dans le ciel clair, le profil aigu d'un couperet de guillotine.
[...]
C’était la vision rouge de la révolution qui les emporterait tous, fatalement, par une soirée sanglante de cette fin de siècle. Oui, un soir, le peuple lâché, débridé, galoperait ainsi sur les chemins ; et il ruissellerait du sang des bourgeois. Il promènerait des têtes, il sèmerait l'or des coffres éventrés. Les femmes hurleraient, les hommes auraient ces mâchoires de loups, ouvertes pour mordre. Oui ce seraient les mêmes guenilles, le même tonnerre de gros sabots, la même cohue effroyable de peau sale, d'haleine empestée, balayant le vieux monde, sous leur poussée débordante de barbares.
Oui, c'est votre idée, à vous tous, les ouvriers français, déterrer un trésor, pour le manger seul ensuite, dans un coin d'égoïsme et de fainéantise. Vous avez beau crier contre les riches, le courage vous manque de rendre aux pauvres l'argent que la fortune vous envoie… Jamais vous ne serez dignes du bonheur, tant que vous aurez quelque chose à vous, et que votre haine des bourgeois viendra uniquement de votre besoin enragé d'être des bourgeois à leur place.
Encore, encore, de plus en plus distinctement, comme s'ils se fussent rapprochés du sol, les camarades tapaient. Aux rayons enflammés de l'astre, par cette matinée de jeunesse, c'était de cette rumeur que la campagne était grosse. Des hommes poussaient, une armée noire, vengeresse, qui germait lentement dans les sillons, grandissant pour les récoltes du siècle futur, et dont la germination allait faire bientôt éclater la terre.
J'ai lu Germaine
Du coup l'affiche va bien
Avatar de l’utilisateur
Meduse
Messages : 2297
Inscription : 23 nov. 2019, 14:28

Pour continuer la série des comédies démago bobo, avec une belle brochette de caricatures aigre douces :


Ni dieu, ni maître, ni gonzesse .. :laughing:

Spoiler
Dire que j'aurai pu faire la fête et me peler le cul avec eux :happy7:
Avatar de l’utilisateur
suffragettes AB
Messages : 982
Inscription : 08 déc. 2019, 08:27

le remake de spielberg, immersif et visuellement parfait.

Avatar de l’utilisateur
Nobody
Messages : 4492
Inscription : 17 nov. 2019, 13:55

Dune nouvelle version, pas mal du tout.
Avatar de l’utilisateur
CellarDoor
Messages : 1482
Inscription : 17 nov. 2019, 16:38

Image
:arrow:
Avatar de l’utilisateur
Meduse
Messages : 2297
Inscription : 23 nov. 2019, 14:28

Don't Look Up : Déni cosmique
Avatar de l’utilisateur
suffragettes AB
Messages : 982
Inscription : 08 déc. 2019, 08:27

Meduse a écrit : 26 déc. 2021, 22:44 Don't Look Up : Déni cosmique
idem vu le 24. La comète dont tout le monde se fout est un peu une métaphore du réchauffement climatique et s'il y a quelques longueurs, on est scotchée à la fin. #Déniclimatique #déniécologique #climatosceptique
Avatar de l’utilisateur
suffragettes AB
Messages : 982
Inscription : 08 déc. 2019, 08:27

Image

une valeur sûre
Pièces jointes
old-3_10_pour_yuma_2007.0.jpg
Avatar de l’utilisateur
Meduse
Messages : 2297
Inscription : 23 nov. 2019, 14:28

1750192.jpg
:arrow: :heart: :bear1:
Avatar de l’utilisateur
Nobody
Messages : 4492
Inscription : 17 nov. 2019, 13:55

Le dernier Matrix :happy2:
Avatar de l’utilisateur
Meduse
Messages : 2297
Inscription : 23 nov. 2019, 14:28

Nobody a écrit : 02 janv. 2022, 10:26 Le dernier Matrix :happy2:
Ouais, merci les pirates ! Mais v'là la qualité !
Vivement le dvd ;-)
Avatar de l’utilisateur
suffragettes AB
Messages : 982
Inscription : 08 déc. 2019, 08:27

Meduse a écrit : 02 janv. 2022, 10:55
Nobody a écrit : 02 janv. 2022, 10:26 Le dernier Matrix :happy2:
Ouais, merci les pirates ! Mais v'là la qualité !
Vivement le dvd ;-)
Ah s'il y a bien un film à voir au ciné c'est celui-là! Pas été déçue, pas été surprise du second degré dans le 4ème, de la mise en abîme entre prise de recul et nostalgie et Néo maîtrise toujours le kung fu sans vouloir spoiler :). Une suite réussie aussi incontournable que la trilogie.

Avatar de l’utilisateur
Nobody
Messages : 4492
Inscription : 17 nov. 2019, 13:55

Euh non très bonne qualité, et j'ai le ciné à la maison ;)

Je préfère quand même les premiers, mais la mise en abîme est bien trouvée oui.
Avatar de l’utilisateur
CellarDoor
Messages : 1482
Inscription : 17 nov. 2019, 16:38

Image
La suite illogique à "De rouille et d'os"
Julia💝
Répondre
  • Information
  • Qui est en ligne ?

    Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité