Etymologie

Partages sur la littérature, la poésie, ...
Avatar de l’utilisateur
Nobody
Messages : 4887
Inscription : 17 nov. 2019, 13:55

Finasserie
Avatar de l’utilisateur
Nobody
Messages : 4887
Inscription : 17 nov. 2019, 13:55

Fistule
Merci @---
Avatar de l’utilisateur
---
Messages : 2358
Inscription : 13 déc. 2019, 21:31

C'est bien la première fois qu'on me remercie pour fistule...

Que dire

De rien, tout le plaisir est pour toi ;)
La lutte elle-même suffit à remplir un cœur d'homme. Il faut imaginer Sisyphe heureux.
Avatar de l’utilisateur
Nobody
Messages : 4887
Inscription : 17 nov. 2019, 13:55

--- a écrit : 29 janv. 2020, 02:08 C'est bien la première fois qu'on me remercie pour fistule...

Que dire

De rien, tout le plaisir est pour toi ;)
C'est le nouveau surnom de ma renarde : Mimi Fistule :happy2:


Anadyomène
Avatar de l’utilisateur
Nobody
Messages : 4887
Inscription : 17 nov. 2019, 13:55

Paralipse
Avatar de l’utilisateur
---
Messages : 2358
Inscription : 13 déc. 2019, 21:31

Charlotte a écrit : 29 janv. 2020, 21:05Paralipse
T'arrête de voler mes mots
La lutte elle-même suffit à remplir un cœur d'homme. Il faut imaginer Sisyphe heureux.
Avatar de l’utilisateur
Nobody
Messages : 4887
Inscription : 17 nov. 2019, 13:55

--- a écrit : 29 janv. 2020, 21:18
Charlotte a écrit : 29 janv. 2020, 21:05Paralipse
T'arrête de voler mes mots
J'y peux rien tu m'inspire :lol:
Avatar de l’utilisateur
goelandfou
Messages : 2181
Inscription : 17 nov. 2019, 17:20

Carotte 🥕
L'ours en cage ne peut que satisfaire l'ambition aventureuse des faibles, tandis que le cerf sauvage évoque une liberté et une vigueur pénétrantes
Avatar de l’utilisateur
CellarDoor
Messages : 1701
Inscription : 17 nov. 2019, 16:38

Marmoréen

Du bonheur impassible ô symbole adorable,
Calme comme la Mer en sa sérénité,
Nul sanglot n'a brisé ton sein inaltérable,
Jamais les pleurs humains n'ont terni ta beauté.

Salut ! A ton aspect le coeur se précipite.
Un flot marmoréen inonde tes pieds blancs ;
Tu marches, fière et nue, et le monde palpite,
Et le monde est à toi, Déesse aux larges flancs !
Avatar de l’utilisateur
goelandfou
Messages : 2181
Inscription : 17 nov. 2019, 17:20

Baiser lamourette
:eek3:
L'ours en cage ne peut que satisfaire l'ambition aventureuse des faibles, tandis que le cerf sauvage évoque une liberté et une vigueur pénétrantes
Avatar de l’utilisateur
Lime
Messages : 693
Inscription : 25 nov. 2019, 20:30

Pyrolyse
Avatar de l’utilisateur
Nobody
Messages : 4887
Inscription : 17 nov. 2019, 13:55

Palindrome : 02 02 2020
Avatar de l’utilisateur
Nobody
Messages : 4887
Inscription : 17 nov. 2019, 13:55

Schizophrénie

La recherche du trouble fondamental dans les vécus psychotiques est une démarche ancienne et probablement vaine car elle touche à l’indicible de cet espace intersubjectif de confiance où l’humain est reçu comme un être naturel mais aussi comme le fondement réciproque et simultané de lui et de l’autre. Malgré la difficulté, cette recherche de l’ineffable est probablement au centre de l’épistémologie des faits humains.

L’impression de facticité du monde est un des modes pathologiques de l’échec de cette constitution.

Damien nous a conduits dans le tragique par un crime que l’on peut qualifier d’ontologique : tuer pour éprouver la réalité de la chair vivante de l’autre.

Heidegger pose les contours d’une impossible posture de l’humain entre la nécessité d’être là et l’impossibilité d’y séjourner durablement car l’être nous échappe dans la cascade du temps que l’on essaie vainement de capturer dans des moments fugaces et trompeurs. Seule la mort (la sienne ou celle de l’autre, c’est indistinct pour le psychotique) peut tenter cette capture d’un être qui n’aurait plus de fondements dans l’expérience commune du vivre. C’est peut-être le sens du crime ontologique ou du délire de facticité du monde.


https://www.cairn.info/revue-l-informat ... ge-249.htm#
Avatar de l’utilisateur
goelandfou
Messages : 2181
Inscription : 17 nov. 2019, 17:20

Charlotte a écrit : 04 févr. 2020, 21:21 Schizophrénie

La recherche du trouble fondamental dans les vécus psychotiques est une démarche ancienne et probablement vaine car elle touche à l’indicible de cet espace intersubjectif de confiance où l’humain est reçu comme un être naturel mais aussi comme le fondement réciproque et simultané de lui et de l’autre. Malgré la difficulté, cette recherche de l’ineffable est probablement au centre de l’épistémologie des faits humains.

L’impression de facticité du monde est un des modes pathologiques de l’échec de cette constitution.

Damien nous a conduits dans le tragique par un crime que l’on peut qualifier d’ontologique : tuer pour éprouver la réalité de la chair vivante de l’autre.

Heidegger pose les contours d’une impossible posture de l’humain entre la nécessité d’être là et l’impossibilité d’y séjourner durablement car l’être nous échappe dans la cascade du temps que l’on essaie vainement de capturer dans des moments fugaces et trompeurs. Seule la mort (la sienne ou celle de l’autre, c’est indistinct pour le psychotique) peut tenter cette capture d’un être qui n’aurait plus de fondements dans l’expérience commune du vivre. C’est peut-être le sens du crime ontologique ou du délire de facticité du monde.


https://www.cairn.info/revue-l-informat ... ge-249.htm#
Pavé César :thinking2:
L'ours en cage ne peut que satisfaire l'ambition aventureuse des faibles, tandis que le cerf sauvage évoque une liberté et une vigueur pénétrantes
Avatar de l’utilisateur
CellarDoor
Messages : 1701
Inscription : 17 nov. 2019, 16:38

Bonace
Répondre
  • Information
  • Qui est en ligne ?

    Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 6 invités