Votre citation de l'instant

Partages sur la littérature, la poésie, ...
Avatar de l’utilisateur
Meduse
Messages : 2772
Inscription : 23 nov. 2019, 14:28

Nous sommes ainsi, nous rêvons de l'envol, mais nous craignons la hauteur.

Il en faut du courage pour faire face à la terreur du vide, car ce n’est que dans le vide qu'a lieu le vol.

Le vide est l’espace de liberté, l’absence de certitudes. C'est pourquoi nous avons échangé le vol contre des cages et les cages sont les lieux ou vivent les certitudes.

( Dostoïevski )

Cage3.jpg
Avatar de l’utilisateur
Meduse
Messages : 2772
Inscription : 23 nov. 2019, 14:28

Être un couple et ne faire qu'un.
Mais lequel ?
Est ce que tu es moi dans mes défauts,
Ou est-ce que je deviens toi dans tes qualités ?
Est ce que je me perd en toi, ou est-ce ce que tu te trouves en moi ?
Suis je ton repère ?
Ou ton naufrage ?
Es tu mon univers ?
Ou mon mirage ?
C'est quoi l'amour dis moi ?
C'est être doué pour aimer ou être capable de souffrir ?
Le couple c'est l'incertitude d'être aimé,
Et la certitude d'aimer.
Quel mélange complexe,
Ou tout est perdu d'avance,
Et où tout est à gagner.
C'est sauver l'autre à une insupportable réalité.
L'amour c'est vivre par l'autre,
Pour l'autre, avec l'autre, en l'autre.
Qui est capable de ça ?
▪️ La dame aux bons mots
Cyrielle Soares ▪️
Le rouge et le noir .jpg
Avatar de l’utilisateur
Bee
Messages : 59
Inscription : 03 août 2022, 12:09

« Je suis un jour entré dans un lien où chaque parole de l’un était recueillie sans faute par l’autre. Il en allait de même pour chaque silence.
Ce n’était pas cette fusion que connaissent les amants à leurs débuts et qui est un état irréel et destructeur. Il y avait dans l’amplitude de ce lien quelque chose de musical et nous y étions tout à la fois ensemble et séparés, comme les deux ailes diaphanes d’une libellule. Pour avoir connu cette plénitude, je sais que l’amour n’a rien à voir avec la sentimentalité qui traîne dans les chansons et qu’il n’est pas non plus du côté de la sexualité dont le monde fait sa marchandise première - celle qui permet de vendre toutes les autres -. L’amour est le miracle d’être un jour entendu jusque dans nos silences, et d’entendre en retour avec la même délicatesse : la vie à l’état pur, aussi fine que l’air qui soutient les ailes des libellules et se réjouit de leur danse. »

Christian Bobin

Une poignée d'abeilles vaut mieux qu'un sac de mouches.
Avatar de l’utilisateur
audrey83
Messages : 381
Inscription : 19 févr. 2022, 14:21

Petite citation filante d'un dénommé Jack, pas Daniels mais London, mais c'est de la bonne, alias "le vagabond des étoiles". Si dans le monde réel nos corps nous font souvent défaut, dans celui de la poésie, tout est possible :).

"Je ne fus plus qu'un pur esprit, une âme, une conscience. Appelez comme vous voudrez cette chose sans nom, ayant son siège dans un cerveau nébuleux qui occupait toujours le centre de mon crâne mais qui continuait à s'élargir et à s'étendre au-delà. Alors arriva l'instant où, avec des éclairs de lumière dans les yeux, je me détachai de la terre et partis. D'un seul bond, je me trouvai avoir dépassé le toit de la prison, le ciel de Californie et je fus au milieu des étoiles. Je dis bien les étoiles. Je marchais parmi elles. J'étais un enfant, vêtu d'une robe d'un tissu léger, aux tons frais et délicats, qui brillait doucement à la froide clarté des étoiles. Cette robe était à la fois une réminiscence de celles qu'en mon enfance j'avais vues aux écuyères de cirque et de la représentation qu'on m'avait inculquée du costumes des anges.
Ainsi vêtu, je foulais l'espace interstellaire, électrisé par l'idée que j'étais parti pour une immense aventure qui, au bout du compte, me découvrirait tous les aspects du cosmos céleste et éclaircirait pour moi le mystère suprême de l'univers. Dans ma main je tenais une longue baguette de cristal, et j'avais la claire notion intérieure que j'en devais toucher chaque étoile que je longeais. Et avec une certitude tout aussi grande, j'étais convaincu que, si je manquais d'en toucher une seule, je serais soudain précipité dans l'abîme insondable des châtiments terribles et des peines éternelles.
Longtemps, je marchai parmi les étoiles. Quand je dis longtemps, vous ne devez pas perdre de vue l'énorme dilatation à laquelle était soumis le temps dans mon cerveau. Il me sembla que j'errais durant des siècles dans l'espace, l'oeil alerté et ma baguette en main, frappant, sans en manquer un, tous les astres que je rencontrais sur ma route.""

(...)
""Comme je viens de le dire, il avait tapoté ces mots rapidement. Et maintenant, attention: entre le premier coup et le second, j'avais pu m'enfuir vers les étoiles, tout revêtu d'habits immatériels, toucher les étoiles à mesure que je les rencontrais, dans ma course folle à la poursuite de la formule qui devait me révéler les derniers mystères de la vie. Je m'étais lancé à la recherche des siècles""" ou de leur symphonie :)
Avatar de l’utilisateur
---
Messages : 2331
Inscription : 13 déc. 2019, 21:31

« La pensée a des ailes, nul ne peut arrêter son envol »

Youssef Chahine
La lutte elle-même suffit à remplir un cœur d'homme. Il faut imaginer Sisyphe heureux.
Avatar de l’utilisateur
audrey83
Messages : 381
Inscription : 19 févr. 2022, 14:21

#Notre-dame mélancolie #anarchitectures

"Une flèche est un geyser de sève minérale. Les moellons de l'édifice entier, parcourus par les flux montants, sonnent comme le cristal si on les frappe de l'ongle: ils sont aussi tendus que les cordes d'une harpe. Une cathédrale est un instrument de musique. Mais aussi une arme de jet, un arc qui bande sa flèche vers le ciel. C'est parce-que l'on n'a pas encore trouvé la cible que les flèches gothiques ne sont toujours pas parties. Les cathédrales escaladent le ciel. Nous escaladions les cathédrales. Vues d'en haut, elles ressemblaient à la carcasse d'un coléoptère monstrueux pris dans la toile d'araignée de la ville. Péguy, lui _est-il jamais au sommet d'une flèche?_ y voyait des doubles galères, flanquées de rames (les rangées d'arcs-boutants) et voguant vers les vertus."

"Péguy nommait les cathédrales des vaisseaux de charge. Nous étions les mariniers de ces vaisseaux-là. Nous emportions d'ailleurs ses vers (oeuvres poétiques, la pléiade) pour les réciter au sommet des tours. (...) Nous lisions Péguy, juchés sur la matière même de son inspiration, en suspension sur le décor de son oeuvre. Sans doute l'aimions-nous pour des raisons qu'il n'eût pas appréciées: pour la scansion chamanique des vers cent fois répétés et non pour la théologie, pour les bâtisses de pierre et non pour ce qu'il y a dedans. Pour les carcasses et non pour la chair."

"Fulcanelli ne parvenait pas à croire que les cathédrales n'eussent été baties que pour servir de temple au Dieu chrétien. Il leur accorderait une autre destination, les décrivait comme des athanors géants, hérissés d'antennes (les pilastres), destinés à la transmutation de l'homme. De fait, dans la haute nef gothique enfin inondée de lumière qui ne rentrait qu'à peine sous le lourd arc roman, le fidèle écrasé jusqu'àlors par son destin se lève de toute sa taille et s'avance vers le choeur en homme enfin debout. Dans le creuset des cathédrales, lorsque la lune rousse se lève derrière la crénelure d'une frise, le plomb ne se change peut-être pas en or mais la raison capitule bien devant la poésie, ce qui prouve que Fulcanelli avait raison: il y a acte alchimique. Quiconque aura passé une nuit ans les coursives d'un vaisseau gothique aura été métamorphosé"

Sylvain Tesson dans petit traité de l'immensité du monde
Avatar de l’utilisateur
---
Messages : 2331
Inscription : 13 déc. 2019, 21:31

20230829_170349.jpg
Henri Barbusse
L'enfer
La lutte elle-même suffit à remplir un cœur d'homme. Il faut imaginer Sisyphe heureux.
Avatar de l’utilisateur
Nobody
Messages : 4812
Inscription : 17 nov. 2019, 13:55

"Les religieuses nous ont appris qu’il y avait deux chemins pour traverser la vie, le chemin de la nature, et le chemin de la grâce. On doit choisir lequel suivre. La grâce ne cherche pas sa satisfaction elle accepte d’être ignorée, oubliée, rejetée, elle accepte les insultes et les coups. La nature elle ne pense qu’à sa satisfaction et à convaincre les autres d’y œuvrer aussi, elle aime les traiter avec arrogance, imposer sa volonté. Elle trouve des raisons d’être malheureuse quand le monde rayonne tout autour et que l’amour sourit à travers toute chose. Les religieuses nous ont appris qu’aucun de ceux qui suivent la grâce ne connaîtrait jamais le malheur."
Mme O'Brien
Luame
Messages : 315
Inscription : 07 déc. 2022, 12:42

Liant charme & paresse, je partais aussi sur une photo ..
20230907_091900.jpg
Mais je vais épargner nos petits yeux vieillissants :sick3:

La présence des choses en abondance, des choses vides, des choses vulgaires, des choses absurdes, a suscité le désir de leur possession, l’exaltation de la possession des choses.
Parcourez les rues commerçantes de n’importe quelle ville, les rues où se trouvent les vitrines où s’étalent la face cachée des choses : examinez les visages des passants – je ne parle point des affamés et des meurtris qui occupent les trottoirs et demandent plaintivement l’aumône – et voyez quelle idée révèle leur visage. Sur chacun, de la dame qui va faire des emplettes en voiture à l’employée de magasin en rupture d’atelier qui va de magasin en magasin cherchant une « occasion », vous trouverez peinte une vanité répugnante, une préoccupation du bel accoutrement, semblable à celle du geai paré des plumes du paon.
Cherchez l’orgueil et la gloire d’un corps beau, libre, vigoureux, se mouvant sans entrave, vous ne le trouverez point. Vous verrez des démarches affectées, des corps amincis afin de faire ressortir la coupe d’une jupe, des visages souriants, enjoués, aux yeux en quête d’admiration pour le ruban gigantesque passé dans la chevelure surcoiffée.
[…]
Et sur les visages masculins : de la grossièreté. Des désirs grossiers pour les choses grossières. L’effroyable anxiété et l’inquiétude inouïe qu’engendre la création de tout cela sont moins répugnantes que l’abominable expression de convoitise pour les choses créées.

Voilà l’idée dominante du monde occidental, du moins de nos jours. Vous la rencontrerez partout où vous regarderez, incrustée sur les choses et sur les hommes ; très vraisemblablement, si vous regardiez dans le miroir vous l’y apercevriez encore.


Voltairine de Cleyre - 2010

Oups, non pardon, 1910 .... Ouf, ca ne nous concerne pas :laughing2:
Avatar de l’utilisateur
Nobody
Messages : 4812
Inscription : 17 nov. 2019, 13:55

IMG_20230924_183656.jpg
Luame
Messages : 315
Inscription : 07 déc. 2022, 12:42

20231006_091711.jpg
François Sureau - Sans la liberté
Avatar de l’utilisateur
Nobody
Messages : 4812
Inscription : 17 nov. 2019, 13:55

FB_IMG_1703149842864.jpg
Avatar de l’utilisateur
Xo7
Messages : 210
Inscription : 15 juil. 2020, 12:58

Nobody a écrit : 21 déc. 2023, 10:12 FB_IMG_1703149842864.jpg


G.Brassens par Tarmac, un bijou de dénonciation de la bêtise et du clanisme ❤️
Avatar de l’utilisateur
HelloIs
Messages : 255
Inscription : 01 mai 2020, 23:30

Rappelle-toi Barbara que je ne m’appelle pas comme ça
Et qu'il n'y a q'un seul Mozart
Luame
Messages : 315
Inscription : 07 déc. 2022, 12:42

Ah ! Quel beau matin, que ce matin des étrennes !
Chacun, pendant la nuit, avait rêvé des siennes
Dans quel songe étrange où l’on voyait joujoux,
Bonbons habillés d’or, étincelants bijoux,
Tourbillonner, danser une danse sonore,
Puis fuir sous les rideaux, puis reparaître encore !
On s’éveillait matin, on se levait joyeux,
La lèvre affriandée, en se frottant les yeux …
On allait, les cheveux emmêlés sur la tête,
Les yeux tout rayonnants, comme aux grands jours de fête,
Et les petits pieds nus effleurant le plancher,
Aux portes des parents tout doucement toucher …
On entrait ! …puis alors les souhaits … en chemise,
Les baisers répétés, et la gaieté permise !

Arthur Rimbaud


Je vous souhaite tout le meilleur pour cette nouvelle année.
De l'amour et du partage, de la zik et des écrits
Loin, très loin de leur monde pourri.
Avatar de l’utilisateur
audrey83
Messages : 381
Inscription : 19 févr. 2022, 14:21

416020776_3654035581579639_4294505445146950874_n.jpg
Répondre
  • Information
  • Qui est en ligne ?

    Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité