Et vous, vous lisez quoi en ce moment ?

Partages sur la littérature, la poésie, ...
Avatar de l’utilisateur
HelloIs
Messages : 255
Inscription : 01 mai 2020, 23:30

Je relie pour la :tired: énième fois avec les croquis à côté Nadja, le livre objet de ma thèse il y a des années :
Les mots qui suivent ne sont pas les miens, collectes au gré du vent des rencontres de la vie :

Nadia (André Breton) il s’intéresse à l’irruption de l’extraordinaire :
Breton insiste en effet sur le caractère stupéfiant des faits qui l’intéressent – et par là même leur caractère incroyable, incommunicable.
* sa vie, livrée aux « hasards, au plus petit comme au plus grand », « l’introduit dans un monde défendu », et l’on peut remarquer l’insistance de Breton sur le vocabulaire de l’extraordinaire : « pétrifiantes coïncidences », « valeur peu contrôlable », « caractère absolument inattendu, violemment incident » (l. 19), « invraisemblables complicités » (l. 31) ; plus loin, il est question de « certains enchaînements, certains concours de circonstances qui passent de loin notre entendement » (l. 43-46) ; et tout le préambule sera constitué de tels hasards ou concours de circonstances.
* On reconnaît ici l’idée surréaliste selon laquelle le hasard, le rêve, les associations d’idées plus ou moins volontaires révè lent une autre réalité que le réel rationnel. C’est cette idée que l’on retrouve dans des jeux tels que les « cadavres exquis » ou l’écriture automatique.
* Ces faits, cette ouverture fulgurante (image de l’éclair, qui fait voir, l. 14), le surréaliste les recherche, ou plutôt, il est à leur égard dans une attitude de disponibilité. C’est cette disponibilité que Breton reconnaîtra en Nadja. On les reconnaît au trouble qu’ils provoquent – et on peut remarquer que Breton abandonne alors le « je » au profit du « nous » (p. 21) : le phénomène ne lui est pas propre, il a un caractère universel, mais il est occulté par la raison, le réalisme. Toute l’œuvre du surréalisme consiste précisément à refuser ces refoulements, ces tabous liés à la raison, et à se rendre disponible à de telles rencontres. C’est pourquoi Rimbaud a eu une telle importance pour eux, notamment la « Lettre du Voyant » dans laquelle il était question du « dérèglement de tous les sens », précisément pour tenter d’atteindre une telle vérité. Mais il y avait chez Rimbaud un volontarisme qui n’existe pas chez Breton.
* Enfin, de tels faits sont à la fois inquiétants (« faits-glissades », « faits-précipices », image de l’araignée dans sa toile…) et magiques : s’il est question de « l’instinct de conservation » qui nous en détourne – et l’histoire tragique de Nadja témoigne que de telles rencontres peuvent être dangereuses, et toucher à la folie – toute la fin du texte témoigne du plaisir inégalable que procurent de telles rencontres – comparables aux trouvailles de l’écriture automatique, qui nous satisfont plus que les images trouvées lucidement.
Pour témoigner de ce caractère incommunicable, stupéfiant, Breton n’a plus recours au langage scientifique, mais aux images, ou aux analogies :
* accords plaqués comme au piano
* éclairs
* fil de la vierge et toile d’araignée (à la fois « scintillante » et « inquiétante »)
* analogie entre ces coïncidences et l’écriture automatique
On peut noter toutefois qu’aucune de ces images n’est une image surréaliste (c’est à dire une image où le rapport entre le comparant et le comparé est le plus éloigné, le plus énigmatique possible). En ce sens, Nadja est un texte sur le surréalisme, mais n’est pas un texte surréaliste.
Conclusion
Ce préambule pose un certain nombre de paradoxes :
* Un texte qui n’obéit nullement aux règles de composition surréaliste, qui n’a rien ni d’une écriture automatique, ni d’un abandon aux images, mais qui se présente au contraire comme un exposé quasi scientifique, la recherche d’un connaissance de soi ;
* Mais cette connaissance de soi n’a pas lieu par une introspection psychologique, mais au contraire par l’abandon à l’inconnu, qui se manifeste par le hasard, les « pétrifiantes coïncidences », l’irruption de l’irrationnel – des faits face auxquels, comme dans le cas de l’écriture automatique, le « moi », loin d’être acteur conscient, n’est plus que le « témoin hagard » : la connaissance de soi passe par une dépossession de soi.
* Enfin, cette dépossession, pour inquiétante qu’elle soit, déstabilisante, est aussi source d’un plaisir inégalable, d’une intense satisfaction. C’est dans cet espace livré à l’imaginaire et à l’irrationnel que Breton et Nadja évolueront, ensemble, un temps.
Rappelle-toi Barbara que je ne m’appelle pas comme ça
Et qu'il n'y a q'un seul Mozart
Luame
Messages : 398
Inscription : 07 déc. 2022, 12:42

9782246837145-001-X.jpeg
L'hypothèse K d'Aurélien Barreau

__________________
Quatrième de couverture

Sortir la science de ses mauvaises habitudes, tel est le projet de ce bref et révolutionnaire essai. Face à la catastrophe écologique, la science est utilisée pour donner une réponse essentiellement « ingénierique » : technologie à tout prix, algorithmes envahissants, machines toutes-puissantes. Cela constitue le pire des choix. Si elle peut jouer un rôle salvateur, c’est, tout au contraire, en contribuant à un renouveau radical des symboles et des valeurs. En réinventant le sens du monde.

Elle se révèle essentielle dans le constat du délitement : les espèces disparaissent, les populations s’effondrent, la pollution et la chaleur tuent, la planète devient inhospitalière… Elle demeure pourtant incapable de choisir la direction souhaitable. Considérée comme un simple outil, elle ne pourra que contribuer à accélérer l’effondrement. Comme l’écrit Aurélien Barrau, nous ne tenons pas assez compte des rêves des chiens.

A partir de ce qu’il appelle « l’hypothèse K. », un laisser-faire entraînant une prolifération technique exponentielle, ce texte suggère de réinvestir la science de l’immense charge poétique qui lui a été déniée. Et cela afin de la libérer, de lui rendre son pouvoir bénéfique. Un plaidoyer pour une science nomade, tzigane ou touareg, humble et intransigeante. Une science déviante et fière de l’être.
_________
Avatar de l’utilisateur
Céline
Messages : 99
Inscription : 29 sept. 2020, 14:21

Oh ! Je me le suis offert, mais je n'ai pas encore prise le temps de le commencer.
J'adore ce mec
Avatar de l’utilisateur
---
Messages : 2358
Inscription : 13 déc. 2019, 21:31

La lutte elle-même suffit à remplir un cœur d'homme. Il faut imaginer Sisyphe heureux.
Avatar de l’utilisateur
Nobody
Messages : 4887
Inscription : 17 nov. 2019, 13:55

--- a écrit : 08 déc. 2023, 10:02
Je le croise dans la rue je le demande en mariage :inlove3:

Bon en attendant vous pouvez m'offrir ce livre à Noël.
Spoiler
Message subliminal
Avatar de l’utilisateur
Céline
Messages : 99
Inscription : 29 sept. 2020, 14:21

Nobody a écrit : 09 déc. 2023, 06:04 Je le croise dans la rue je le demande en mariage :inlove3:
J'avoue, quand je l'écoute, je me dis la même chose
Nobody a écrit : 09 déc. 2023, 06:04 Bon en attendant vous pouvez m'offrir ce livre à Noël.
Chiche !

Liseuse ou papier ?
Luame
Messages : 398
Inscription : 07 déc. 2022, 12:42

Je peux faire tourner quand on l'a fini aussi.
Ce serait avec plaisir.
Avatar de l’utilisateur
Nobody
Messages : 4887
Inscription : 17 nov. 2019, 13:55

En vrai je distillilais juste une idée cadeau pour @CellarDoor mais vous êtes gentil :-)
Luame
Messages : 398
Inscription : 07 déc. 2022, 12:42

Pas vu venir celle-là :laughing2:
Marchent bien tes messages subliminaux en tout cas ! Et déso de t'avoir amenée à l'éclaircir :tongue:
Switchy
Messages : 143
Inscription : 09 oct. 2023, 00:30

Ce livre expose une idée radicale.

C'est une idée qui angoisse les puissants depuis des siècles. Une idée que les religions et les idéologies ont combattue. Une idée dont les médias parlent rarement et que l'histoire semble sans cesse réfuter.

En même temps, c'est une idée qui trouve ses fondements dans quasiment tous les domaines de la science. Une idée démontrée par l'évolution et confirmée par la vie quotidienne. Une idée si intimement liée à la nature humaine qu'on n'y fait souvent même plus attention.

Si nous avions le courage de la prendre au sérieux, cela nous sauterait aux yeux : cette idée peut déclencher une révolution. Elle peut mettre la société sens dessus dessous. Si elle s'inscrit véritablement dans notre cerveau, elle peut même devenir un remède qui change la vie, qui fait qu'on ne regardera plus jamais le monde de la même façon.

L'idée en question ?

La plupart des gens sont bons.

Captivant et inspirant, formidable succès partout dans le monde, Humanité ouvre avec humour, sérieux et pédagogie de nouveaux horizons. Et si nous étions plutôt bons ? Et si un livre pouvait changer le monde ?
Pièces jointes
Screenshot_20240109-075003_Chrome.jpg
Luame
Messages : 398
Inscription : 07 déc. 2022, 12:42

Je partais instinctivement sur neutre puis somme des expériences mais je donne sa chance rapidement à ton idée :-)
On a un peu de travail pour retrouver la nature originelle si tu es dans le vrai cela dit !

Merci pour la suggestion en tout cas.
Switchy
Messages : 143
Inscription : 09 oct. 2023, 00:30

Luame a écrit : 10 janv. 2024, 10:13 Je partais instinctivement sur neutre puis somme des expériences mais je donne sa chance rapidement à ton idée :-)
On a un peu de travail pour retrouver la nature originelle si tu es dans le vrai cela dit !

Merci pour la suggestion en tout cas.
Avec plaisir :-)
Ce bouquin m'a aidé à relativiser, à positiver même.
Il m'a conforté sur quelques-unes de mes opinions, posé des mots sur la façon dont je vois certaines choses et que je n'arrivais pas à décrire..
Il m'a été conseillé par un collègue à un moment où je ne croyais plus à grand chose.
C'est vraiment la lecture qu'il me fallait à ce moment là...
Switchy
Messages : 143
Inscription : 09 oct. 2023, 00:30

Switchy a écrit : 11 janv. 2024, 23:51
Luame a écrit : 10 janv. 2024, 10:13 Je partais instinctivement sur neutre puis somme des expériences mais je donne sa chance rapidement à ton idée :-)
On a un peu de travail pour retrouver la nature originelle si tu es dans le vrai cela dit !

Merci pour la suggestion en tout cas.
Avec plaisir :-)
Ce bouquin m'a aidé à relativiser, à positiver même.
Il m'a conforté sur quelques-unes de mes opinions, posé des mots sur la façon dont je vois certaines choses et que je n'arrivais pas à décrire..
Il m'a été conseillé par un collègue à un moment de doutes et de remise en question générale (sur la nature humaine notamment)
C'est vraiment la lecture qu'il me fallait à ce moment là...
Luame
Messages : 398
Inscription : 07 déc. 2022, 12:42

Bien besoin aussi de mon côté donc je vais suivre ton conseil :-)
Dès que j'ai fini mon voyage dans le temps !

20240112_141720.jpg

Merci :-)
Switchy
Messages : 143
Inscription : 09 oct. 2023, 00:30

Luame a écrit : 12 janv. 2024, 14:11 Bien besoin aussi de mon côté donc je vais suivre ton conseil :-)
Dès que j'ai fini mon voyage dans le temps !


20240112_141720.jpg


Merci :-)
N'hésites pas à me faire un retour si tu le lis.
Je n'ai pas eu l'occasion de recroiser la personne qui me lan recommander pour le remercier et échanger..
Quand à moi je me lance à la recherche de l'hypothèse K, la bibliothèque municipale ne l'ayant pas encore acquis...
Vous avez éveillez ma curiosité sur ce topic ;)
Luame
Messages : 398
Inscription : 07 déc. 2022, 12:42

Sans faute ! Je commence juste Epaves mais j'y viens ensuite :-)

Pour L'hypothèse K, je n'ai pas de soucis à partager si compliqué de le trouver comme je le proposais plus haut.
Chouette en tout cas que ca t'ait inspirée :)
Répondre
  • Information
  • Qui est en ligne ?

    Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 6 invités