Alors la Poésie est venue

Partages sur la littérature, la poésie, ...
Avatar de l’utilisateur
Nobody
Messages : 4811
Inscription : 17 nov. 2019, 13:55

IMG_20210917_095152.jpg
Avatar de l’utilisateur
---
Messages : 2331
Inscription : 13 déc. 2019, 21:31

La plume, seul débris qui restât des deux ailes
De l’archange englouti dans les nuits éternelles,
Etait toujours au bord du gouffre ténébreux.
Les morts laissent ainsi quelquefois derrière eux
Quelque chose d’eux-mêmes au seuil de la nuit triste,
Sorte de lueur vague et sombre, qui persiste.

Cette plume avait-elle une âme ? qui le sait ?
Elle avait un aspect étrange ; elle gisait
Et rayonnait ; c’était de la clarté tombée.

Les anges la venaient voir à la dérobée.
Elle leur rappelait le grand Porte-Flambeau ;

Ils l’admiraient, pensant à cet être si beau
Plus hideux maintenant que l’hydre et le crotale ;
Ils songeaient à Satan dont la blancheur fatale,
D’abord ravissement, puis terreur du ciel bleu,
Fut monstrueuse au point de s’égaler à Dieu.
Cette plume faisait revivre l’envergure
De l’Ange, colossale et hautaine figure ;
Elle couvrait d’éclairs splendides le rocher ;
Parfois les séraphins, effarés d’approcher
De ces bas-fonds où l’âme en dragon se transforme,
Reculaient, aveuglés par sa lumière énorme ;
Une flamme semblait flotter dans son duvet ;
On sentait, à la voir frissonner, qu’elle avait
Fait partie autrefois d’une aile révoltée ;
Le jour, la nuit, la foi tendre, l’audace athée,
La curiosité des gouffres, les essors
Démesurés, bravant les hasards et les sorts,
L’onde et l’air, la sagesse auguste, la démence,
Palpitaient vaguement dans cette plume immense ;
Mais dans son ineffable et sourd frémissement,
Au souffle de l’abîme, au vent du firmament,
On sentait plus d’amour encor que de tempête.

Et sans cesse, tandis que sur l’éternel faîte
Celui qui songe à tous pensait dans sa bonté,
La plume du plus grand des anges, rejeté
Hors de la conscience et hors de l’harmonie,
Frissonnait, près du puits de la chute infinie,
Entre l’abîme plein de noirceur et les cieux.




Tout à coup un rayon de l’œil prodigieux
Qui fit le monde avec du jour, tomba sur elle.
Sous ce rayon, lueur douce et surnaturelle,
La plume tressaillit, brilla, vibra, grandit,
Prit une forme et fut vivante, et l’on eût dit
Un éblouissement qui devient une femme.
Avec le glissement mystérieux d’une âme,
Elle se souleva debout, et, se dressant,
Eclaira l’infini d’un sourire innocent.
Et les anges tremblants d’amour la regardèrent.
Les chérubins jumeaux qui l’un à l’autre adhèrent,
Les groupes constellés du matin et du soir,
Les Vertus, les Esprits, se penchèrent pour voir
Cette sœur de l’enfer et du paradis naître.
Jamais le ciel sacré n’avait contemplé d’être
Plus sublime au milieu des souffles et des voix.
En la voyant si fière et si pure à la fois,
La pensée hésitait entre l’aigle et la vierge ;
Sa face, défiant le gouffre qui submerge,
Mêlant l’embrasement et le rayonnement,
Flamboyait, et c’était, sous un sourcil charmant,
Le regard de la foudre avec l’œil de l’aurore.



L’archange du soleil, qu’un feu céleste dore,
Dit : — De quel nom faut-il nommer cet ange, ô Dieu ?

Alors, dans l’absolu que l’Etre a pour milieu,
On entendit sortir des profondeurs du Verbe
Ce mot qui, sur le front du jeune ange superbe
Encor vague et flottant dans la vaste clarté,
Fit tout à coup éclore un astre : — Liberté

Victor Hugo
La fin de Satan
La lutte elle-même suffit à remplir un cœur d'homme. Il faut imaginer Sisyphe heureux.
Avatar de l’utilisateur
Nobody
Messages : 4811
Inscription : 17 nov. 2019, 13:55

Le mot sans lequel rien n'existe illu 1.jpg
Claude Clément
Avatar de l’utilisateur
Nobody
Messages : 4811
Inscription : 17 nov. 2019, 13:55

Sacre et Massacre de L'Amour

I

À l'orient pâle où l'éther agonise

À l'occident des nuits des grandes eaux

Au septentrion des tourbillons et des tempêtes

Au sud béni de la cendre des morts

Aux quatre faces bestiales de l'horizon

Devant la face du taureau

Devant la face du lion

Devant la face de l'aigle

Devant la face d'homme inachevée toujours

Et sans trêve pétrie par la douleur de vivre

Au cœur de la colombe
Dans l'anneau du serpent

Du miel du ciel au sel des mers

Seul symbole vivant de l'espace femelle
Corps de femme étoile
Urne et forme des mondes

Corps d'azur en forme de ciel

II

Territoire fantôme des enfants de la nuit
Lieu de l'absence du silence et des ombres
Tout l'espace et ce qu'il enserre
Est un trou noir dans le blanc plein

Comme la caverne des mondes

Tout le corps de la femme est un vide à combler

III

L'aube froide
Des ténèbres pâles
Inonde les pôles
Du ciel et de la chair

Des courants souterrains de la chair et des astres

Au fond des corps de terre

Les tremblements de terre

Et les failles où vont les volcans du délire

Tonner

Entez sur le trépied

Celle qui hurle

La bouche mangée

Par l'amertume

En flammes du laurier de gloire

Écume

De la colère des mers

La femme à chevelure

D'orages

Aux yeux d'éclipsé

Aux mains d'étoiles rayonnantes

À la chair tragique vêtue de la soie des frissons

À la face sculptée au marbre de l'effroi

Aux pieds de lune et de soleil

À la démarche d'océan

Aux reins mouvants de vive houle

Ample et palpitante

Son corps est le corps de la nuit
Flamme noire et double mystère
De son inverse identité qui resplendit
Sur le miroir des grandes eaux

IV

Visitation blême au désert de l'amour

Aveugle prophétesse au regard de cristal
Que les oreilles de ton cœur
Entendent rugir les lions intérieurs
Du cœur

Le grand voile de brume rouge et la rumeur
Du sang brûlé par le poison des charmes
Et les prestiges du désir
Suscitant aux détours de ta gorge nocturne
La voracité des vampires

Danse immense des gravitations nuptiales
Aux palpitations des mondes et des mers
Au rythme des soleils du cœur et des sanglots
Vers le temple perdu dans l'abîme oublié
Vers la caverne médusante qu'enfanta
L'ombre panique dans la première nuit du monde

Voici l'appel la trombe et le vol des semences
L'appel au fond de tout du centre souterrain

Danseuse unissant la nuit à l'eau-mère
Végétal unissant la terre au sang du ciel

V

Comme
Antée reprend vie au contact de la terre
Le vide reprend vie au contact de la chair

Je viens dans ton sein accomplir le rite
Le rythmique retour au pays d'avant-naître
Le signe animal de l'extase ancienne

Je viens dans ton sein déposer l'offrande
Du baume et du venin

Aveugle anéanti dans les caves de l'être

VI

Mais qui saurait forcer le masque de ta face
Et l'opaque frontière des peaux
Atteindre le point nul en soi-même vibrant
Au centre le point mort et père des frissons
Roulant à l'infini leurs ondes circulaires
Tout immobile au fond du cœur l'astre absolu
Le point vide support de la vie et des formes
Qui deviennent selon le cercle des tourments
Le secret des métamorphoses aveugles

D'où vient l'espoir désespéré

D'amour anéanti dans une double absence

Au sommet foudroyé du délire
Acte androgyne d'unité
Que l'homme avait à jamais oublié
Avant la naissance du monde

Avant l'hémorragie
Avant la tête

VII

Paroles du
Thibet

Il est dit autrefois

Qu'errant éperdue dans l'informe

Éparse dans l'obscurité

La pauvre ombre sans graisse du mort

La bouche pleine de terre

Dans le noir sans mémoire tourbillonne il fait froid

L'espace ne connaît que le glissement glacé des larves

Soudain

Si phalène que tente une lueur lointaine

Elle aperçoit la caverne enchantée

Le paradis illuminé des gemmes chaudes

Le règne des splendeurs et des béatitudes

Aux confins du désir essentiel

Qui jamais satisfait perpétuel se comble

À l'appel enivrant d'odeurs vertigineuses

Qu'elle y entre

Ombre morte

Et s'endorme

Pour se réveiller à jamais enchaînée

Engluée aux racines d'un ventre

Fœtus hideux voué pour une vie encore

Au désespoir des générations

Roulé par la roue de l'horreur de vivre

Du vieux fœtus aïeul À notre mère putride
La pourriture aïeule
En robe de phosphore

La reine démente

Qui fait et défait

Les destins et les formes

Et du corps étoile

De l'éternelle femme

Livre les ossements à l'honneur de la cendre

Impose à l'orgueil de statue des chairs
L'horizontalité effroyable de l'eau

Roger Gilbert-Lecomte
Avatar de l’utilisateur
Meduse
Messages : 2772
Inscription : 23 nov. 2019, 14:28

FB_IMG_1641804131007.jpg
FB_IMG_1641986228176.jpg
Avatar de l’utilisateur
Meduse
Messages : 2772
Inscription : 23 nov. 2019, 14:28

Je contemple souvent le ciel de ma mémoire

Le temps efface tout comme effacent les vagues
Les travaux des enfants sur le sable aplani
Nous oublierons ces mots si précis et si vagues
Derrière qui chacun nous sentions l’infini.

Le temps efface tout il n’éteint pas les yeux
Qu’ils soient d’opale ou d’étoile ou d’eau claire
Beaux comme dans le ciel ou chez un lapidaire
Ils brûleront pour nous d’un feu triste ou joyeux.

Les uns joyaux volés de leur écrin vivant
Jetteront dans mon coeur leurs durs reflets de pierre
Comme au jour où sertis, scellés dans la paupière
Ils luisaient d’un éclat précieux et décevant.

D’autres doux feux ravis encor par Prométhée
Étincelle d’amour qui brillait dans leurs yeux
Pour notre cher tourment nous l’avons emportée
Clartés trop pures ou bijoux trop précieux.

Constellez à jamais le ciel de ma mémoire
Inextinguibles yeux de celles que j’aimai
Rêvez comme des morts, luisez comme des gloires
Mon coeur sera brillant comme une nuit de Mai.

L’oubli comme une brume efface les visages
Les gestes adorés au divin autrefois,
Par qui nous fûmes fous, par qui nous fûmes sages
Charmes d’égarement et symboles de foi.

Le temps efface tout l’intimité des soirs
Mes deux mains dans son cou vierge comme la neige
Ses regards caressants mes nerfs comme un arpège
Le printemps secouant sur nous ses encensoirs.

D’autres, les yeux pourtant d’une joyeuse femme,
Ainsi que des chagrins étaient vastes et noirs
Épouvante des nuits et mystère des soirs
Entre ces cils charmants tenait toute son âme

Et son coeur était vain comme un regard joyeux.
D’autres comme la mer si changeante et si douce
Nous égaraient vers l’âme enfouie en ses yeux
Comme en ces soirs marins où l’inconnu nous pousse.

Mer des yeux sur tes eaux claires nous naviguâmes
Le désir gonflait nos voiles si rapiécées
Nous partions oublieux des tempêtes passées
Sur les regards à la découverte des âmes.

Tant de regards divers, les âmes si pareilles
Vieux prisonniers des yeux nous sommes bien déçus
Nous aurions dû rester à dormir sous la treille
Mais vous seriez parti même eussiez-vous tout su

Pour avoir dans le coeur ces yeux pleins de promesses
Comme une mer le soir rêveuse de soleil
Vous avez accompli d’inutiles prouesses
Pour atteindre au pays de rêve qui, vermeil,

Se lamentait d’extase au-delà des eaux vraies
Sous l’arche sainte d’un nuage cru prophète
Mais il est doux d’avoir pour un rêve ces plaies
Et votre souvenir brille comme une fête.

Marcel Proust
Avatar de l’utilisateur
Nobody
Messages : 4811
Inscription : 17 nov. 2019, 13:55

Federico García Lorca : Je prononce ton nom

Je prononce ton nom
Pendant les nuits obscures,
Lorsque les astres viennent
S’abreuver à la lune
Et que dorment les branches
Des frondaisons cachées.
Et je me sens miné
D’amour et de musique.
Folle montre qui chante
De vieilles heures mortes !

Je prononce ton nom
Dans cette nuit obscure
Et ton nom me paraît
Plus lointain que jamais.
Plus lointain que toutes les étoiles
Et plus dolent que la pluie docile.

T’aimerai-je comme hier
De nouveau ? Quelle faute
Mon cœur a-t-il commise ?
Si se lève la brume,
Quel autre amour m’attend ?
Sera-t-il calme et pur ?
Que ne peuvent mes doigts
Ah ! effeuiller la lune !
Avatar de l’utilisateur
Meduse
Messages : 2772
Inscription : 23 nov. 2019, 14:28

L’affaire se complique de Jean Tardieu

Qu’est-ce que c’est
que tout ceci
Qui va d’ici
Jusque là-bas ?

Ho-ho par ci !
Hou-hou par là !
Qui est ici ?
Et qui va là ?

Je dis : hé-là !
Mais c’est pour qui ?
Et pourquoi qui
Et pourquoi quoi ?

Quoi est à qui ?
A vous ? A lui ?
Qui vous l’a dit ?
Ce n’est pas moi
(ni moi non plus)
ni moi ni moi
Avatar de l’utilisateur
---
Messages : 2331
Inscription : 13 déc. 2019, 21:31

"Je chante ce soir non ce que nous devons combattre
Mais ce que nous devons défendre.

Les plaisirs de la vie.
Le vin qu'on boit avec des camarades.
L'amour.
Le feu en hiver.
La rivière fraîche en été.
La viande et le pain de chaque repas.
Le refrain que l'on chante en marchant sur la route.
Le lit où l'on dort.
Le sommeil, sans réveils en sursaut, sans angoisse du lendemain.

Le loisir.
La liberté de changer de ciel.
Le sentiment de la dignité et beaucoup d'autres choses
Dont on ose refuser la possession aux hommes."

ROBERT DESNOS, Extrait de "Chant pour la belle saison" , 1938
La lutte elle-même suffit à remplir un cœur d'homme. Il faut imaginer Sisyphe heureux.
Avatar de l’utilisateur
Meduse
Messages : 2772
Inscription : 23 nov. 2019, 14:28

FB_IMG_1642447142873.jpg
20220118_223605.jpg
20220118_223526.jpg
20220118_223505.jpg
FB_IMG_1642492564126.jpg
Alain57

« Ne fais pas attention à moi
Je viens d’une autre planète
Je vois toujours des horizons où tu dessines des frontières »

[Frida Kahlo]
Avatar de l’utilisateur
audrey83
Messages : 381
Inscription : 19 févr. 2022, 14:21

"la vie dans les siècles comme une étoile filante"

" je resterai là comme est celui qui rêve sans dommage sur les bords de la mer où recommence la vie, seul ou presque sur le vieux littoral parmi les ruines d'anciennes civilisations (...)je commencerai peu à peu à me décomposer à la lumière déchirante de cette mer, poètes et citoyens oubliés..."





Avatar de l’utilisateur
Bagheera
Messages : 49
Inscription : 18 févr. 2022, 20:38

.
.

Ils s’aiment – Daniel Lavoie – Reprise de Pomme et Safia Nolin




Les enfants qui s’aiment – Jacques Prévert

Les enfants qui s’aiment s’embrassent debout
Contre les portes de la nuit
Et les passants qui passent les désignent du doigt
Mais les enfants qui s’aiment
Ne sont là pour personne
Et c’est seulement leur ombre
Qui tremble dans la nuit
Excitant la rage des passants
Leur rage, leur mépris, leurs rires et leur envie
Les enfants qui s’aiment ne sont là pour personne
Ils sont ailleurs bien plus loin que la nuit
Bien plus haut que le jour
Dans l’éblouissante clarté de leur premier amour.



Image

A cœur perdu – Jindrich Streit


La croisade des enfants – Jacques Higelin


.
.
Avatar de l’utilisateur
HelloIs
Messages : 255
Inscription : 01 mai 2020, 23:30

Ma propre voix
Je l'avais oubliée
Rhume de printemps.
— Shuoshi Mizuhara,
1892-1981

Image

Rappelle-toi Barbara que je ne m’appelle pas comme ça
Et qu'il n'y a q'un seul Mozart
Avatar de l’utilisateur
audrey83
Messages : 381
Inscription : 19 févr. 2022, 14:21

"""Proche et insaisissable
(Hommage à Hölderlin)

Joconde sourire
au déchirement paisible
& Christ amour à sauver.
Entre la distance & l’écart ;
la proximité aveuglée
par le tissu de la mer.
Trop évident ciel
sa beauté d’être bleu
inonde celui qui voit.

Proche
insaisissable
en épiphanies qui brûlent.
La présence d’un ciel
dans l’éclat de ces yeux
fera-t-elle retour ?
Dans l’attente parmi
les oiseaux bavards de l’aube
qui signe & veille
sur les montagnes du temps
chose nouvelle ; amour ?

Si la proximité n’existe que dans l’écart
chaque ici séjourne
dans le lointain.
Seul et jamais seul
dans le trait que laisse le retrait ;
amour comme
surprise de l’événement.
Le surcroît qui ne peut être demandé
répond pourtant à un désir.
Science des couleurs & des sons
qu’est l’absence quand le cœur au secret
acquiesce à la beauté ;
bouche belle d’un baiser
sous l’œil peint d’eau pure.

Le son réconcilié d’une voix
le baiser
au bord du silence
& la caresse ne se saisit de rien
elle sollicite ce qui s’échappe.
Se simplifier
en oubliant son ombre
en offrant :
transparence
légèreté
absence
& le retour
à la lumière du jour."""

Pascal Boulanger
Avatar de l’utilisateur
Bee
Messages : 59
Inscription : 03 août 2022, 12:09

Îl est une lune
Perdue dans un désert
Son coeur rouge flamme
Aime l'orange amère

Elle est un Soleîl
Perdu dans son Désir
Elle est son paysage
Et l'air qu'îl respire

Îl si loin d'elle

Regarde son dilemme
Malgré sa solitude
C'est la seule qu'îl aime

Toi qui m'entends
Toi qui m'entends
Toi qui mens
Tant

Îl s'affole et griffe
Au fond des haut-parleurs
Les aigus qui grésillent
C'est pour toucher ton coeur

Toi qui m'entends
Toi qui m'entends
Toi qui mens
Tant

Entends ce son qui monte
Îl fait monter mes larmes
Sais-tu ce qu'îl raconte?
Sais-tu ce qui se trame?

Toi qui m'entends

- M -
FB_IMG_1666338762115.jpg
Une poignée d'abeilles vaut mieux qu'un sac de mouches.
Répondre
  • Information
  • Qui est en ligne ?

    Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité