Un bout de EL.

A l'heure de la guerre, des champs d'horreur, faire de la terre un champs de fleurs.
Venez partager votre Art.
Répondre
Avatar de l’utilisateur
E.L
Messages : 238
Inscription : 02 déc. 2019, 10:47

Au parfum des violences qui ont frappées nos vies,
Au souffre des dépendances plus besoin que envie,
À la fin de l'innocence qui nous "enfere" nos veines,
De toutes ses évidences qui viennent "maillonner" chaînes,
J'ai bâti la conscience, réfléchit nos extrêmes
Transformer l'inconscience qui animent nos haines,
J'ai donné une chance au pouvoir du je t'aime
Pu apprécier les denses de la fragile vaine
J'ai construit en silence les abords d'une scène
Où s'expriment en danse les colères de nos peines
J'y ai vu jouer l'automne qui rêvait de printemps
Et puis chanter ses hommes qui cours après le temps.

...

Nous naissons en souffrances, les lumières sont si fortes
Puisque l'obscur devance le passage de la porte
Que chaque nouveau pas font fin de l'insouciance
Qu'on apprends pas de rat, l'opéra des absences
Quand toi tu n'es plus là et que je dois faire sans,
Quand ton sein n'est plus lait, quand perle le premiers sang
Quand le corps se vide de ton esprit guerrier
Quand le vers avide de ta chair se nourrit
Que t'as perdu les bulles d'un pétillant perrier
Quand l'air de dudulle passe par un trou de souris
Quand les fleurs sont du mals le poète les transforment
Quand le dormeur du val devient engrais de l'âme
Quand ronsard nous invitent à raviver la flamme
Et l'heureux d'ulysse vient de nos home sweet home
Quand je n'ai plus de larmes et que la faim m'emporte
Quand je n'ai plus que lame pour pourfendre les cohortes
Des blessures barbares des frères qui nous escortent
Et que je me retrouve hagard face à nos amours mortes,
Quand je n'ai plus la force, qu'arrive le désespoir
Quand je n'ai plus d'écorces pour me protéger du noir
Arrivent à la rescousse les flagrances inconnus
De cet autre qui nous pousse, cet autre reconnu
Qui vient ouvrir nos cœurs, qui dans nos champs se sement
Qui vient guérir nos peurs à grand coup de je t'aime...
Qui vient guérir nos cœurs juste à nous dire je t'aime.../i]
Avatar de l’utilisateur
E.L
Messages : 238
Inscription : 02 déc. 2019, 10:47

Qui suis je ?

Je serai source de colère si jamais tu ne me sais pas.
Si tu oublies qu'on est les polaires,
Si tu oublies le pas à pas,
Je serai source de jalousie à chaque fois que t' entendras pas
Que ma vie serait une hérésie si jamais toi, t'étais pas là,
Je serai source de gourmandise, si ta vue vient à défaillir
Quel n'te montre que les friandises, qu'seul le plaisir vient assaillir.
Je serai source de luxure si tu viens d'trop près me toucher
Qu'nos contact seraient les usures qui viennent nos peaux assécher.
Je serai source d'avarisme, oh non il faut pas me garder,
Je suis lumière dans le prisme, Moi, je ne suis qu'à partager,
Je serai source de tes envies, si jamais tu venais à manquer
De mes petits souffles de vie faisant chanter,
Faisant tanguer.
Je serai de paresse à celui qui me croirait acquis,
J'ai le goût des belles tendresses, mais je rends amer si j'suis non dit.

Je serai source de tout les vices,
À celui qui ferai de moi
Autre chose que le feu complice
Qui réchauffe les cœur les plus froids.
Je serai grâce et puis vertu
Si tu m'accepte juste pour moi
Si dans les ombres tu es perdu
Et que tu'm'écoutes au creux de toi
Je serai force des fleurs sauvages
Je serai poète à l'abordage
Je serai plume, en légèreté
Au milieu de tes gravités

Je serai source d'humilité si tu me prends comme tu me donnes
Si tu sais juste me partager si tu me vibres quand je résonne
Je serai prodigalite si tu m'acceptes même sans comprendre,
Si face à moi l'égalité était l'évidence à apprendre
Je serai source de charité si jamais tu viens à m'offrir,
Comme on offre en toute amitié, des regards et puis des sourires
Je serai source de tempérance, chaque fois que la flamme debordera
Je poserai comme la mère qui panse, ton oreille sur mon centre qui bats
Je serai source de modestie, si c'est par moi que tu guéris
Si quand en cil perle l'humide c'est en mon nom que tu agis
Je serai source de courage, si en confiance en mon pouvoir,
Tu vas avec tourner les pages sans un pourquoi, sans un savoir,

Je serai source de tout les vices,
À celui qui ferai de moi
Autre chose que le feu complice
Qui réchauffe les cœur les plus froids.
Je serai grâce et puis vertu
Si tu m'accepte juste pour moi
Si dans les ombres tu es perdu
Et que tu'm'écoutes au creux de toi
Je serai force des fleurs sauvages
Je serai poète à l'abordage
Je serai plume, en légèreté
Au milieu de tes gravités

Je serai tout entre tes mains
Oui mais sans moi tu n'es plus rien
Je serai là confiance en demain
Puisque en conscience tu le sais bien
Je suis un plus pour les sans rien
Je suis en moins pour les veulent tout
Je suis, bah oui tu le sais bien
Je suis........... Un point c'est tout.
Avatar de l’utilisateur
E.L
Messages : 238
Inscription : 02 déc. 2019, 10:47

Souffle du temps œuvre sans fond,
Des doux tourments
À l'horizon,
Sans cheveux blancs
Je vais pourtant
Vers le chemin des vieux enfants,
Il a une drôle d'allure le vent,
Il pousse au loin vers les frissons
Des petits bidons qui s'arrondissent
Au creux des amours qui s'unissent
Il y a la jeunesse en pulsion
Qui veut voler même sans plume
Mettre en ventre flamme qu'on allume
La faire grandir,
La faire grandir.

L'âge des sages se place comment ?
De quel changement il vient vraiment ?
Quand dans la gueule tu prends pleinement,
"Eh oh papa, t' vas être papy"
Je te raconte pas le chamboulement
Bien que pas à pas je me fasse happy.
C'est bouleversant, c'est hebetant,
C'est peut être même un peu effrayant,
Je me sent pas prêt si rapidement,
Mais je donnerais tout sincèrement
Pour voir grandir
Pour voir grandir.

Tu sais mec, je vais être grand père
Je le voyais pas à 44 ans,
Mais la vie et son charme opère
Je crois que je ne peut être que content,
De toute façon mieux mieux vaut voir les joies
Les sourires sur des visages d'enfant,
Que d'envisager les enfers, les temps de froid
Les jours de glaces, les fronts sanglant
La vie est belle à qui l'admire
Qui s'émerveille de la voir grandir,
De la voir grandir
De la voir grandir
Avatar de l’utilisateur
Alchimie
Messages : 930
Inscription : 04 déc. 2019, 02:28

Félicitation Manu :)
Nous sommes la somme de toutes nos pensée, et nous avons pourtant tous une unicité à nous reco-naître...
Avatar de l’utilisateur
E.L
Messages : 238
Inscription : 02 déc. 2019, 10:47

Alchimie a écrit :
14 janv. 2020, 16:28
Félicitation Manu :)
Moi, j'ai pas fait grand chose... 😂 Je suis mis face à une réalité qui me dépasse largement.
Ils avaient le temps les gosses... 😂 Moi aussi, j'espérai bien un papy mais là c'est chaud.
Mais bon, il y a de l'amour, de la solidarité famillialle et de l'espoir, alors si la vie doit prendre ce chemin, suivons le avec le sourire 😊.

Merci al.
Avatar de l’utilisateur
Alchimie
Messages : 930
Inscription : 04 déc. 2019, 02:28

E.L a écrit :
14 janv. 2020, 17:28


Mais bon, il y a de l'amour, de la solidarité famillialle et de l'espoir, alors si la vie doit prendre ce chemin, suivons le avec le sourire 😊.

C'est l'essence-ciel :)
Nous sommes la somme de toutes nos pensée, et nous avons pourtant tous une unicité à nous reco-naître...
Avatar de l’utilisateur
E.L
Messages : 238
Inscription : 02 déc. 2019, 10:47

Tu sais moi je demande pas grand chose
Mon bonheur lui il ne tient à rien
Juste un petit mot, une petite prose
Un petit instant aux yeux des tiens
Tu sais moi je demande pas la lune,
Je cours pas après la fortune,
J'ai juste besoin que tu sois bien
De voir ton sourire le matin

Tu sais, je veux pas des montagnes
M'les déplacer n'servirait pas
Et si juste vêtu d'un vieux pagne
Tu venais partager un repas
Tu sais qu'j'y trouverai un trésor
Bien plus précieux que leurs diamants
Ton cœur est bien plus qu'tout ces ors
Il m'est bien plus cher d'être aimant.

Tu sais moi je demande pas grand chose
Juste de quoi vivre et de quoi aimer
Un peu d'amour en fleur de rose
Qui viennent mes nuits parfumer
T'as pas besoin d'décrocher lune
T'as pas besoin de tout me donner
Une petite ballade en corps de dune
Et à ce moment t'abandonner.

Tu sais, je demande pas l'impossible
Je demande ni le ciel, ni l'enfer
Juste ne pas me sentir invisible
Juste à être un mari ou un frère
Tu sais je veux pas être centre des regard
Simplement être un peu aimer,
Un cœur, un j'aime sont comme un phare
Au milieu des ténèbres parsemés.
Avatar de l’utilisateur
E.L
Messages : 238
Inscription : 02 déc. 2019, 10:47

Je voudrais déposer un baiser,
Sur ton joli front d'nouveau né
Comme cette mère vient le donner
Pour faire tes nuits apaisées,
Y mettre tendresse et puis douceur
Y mettre mon amour irisé
C'est du plus profond de mon cœur
Que je te déposerai ce baiser.

Je voudrais déposer un baiser
Sur ton joli front d'être aimée
Pour dire que tu peux te reposer
Sur notre amour qui a germé,
Y mettre le ciel et ses couleurs
Que le soleil vient apposer
Pour venir soigner tes douleurs
Je viendrai déposer un baiser

Je voudrai déposer un baiser
Sur ton joli front tout ridé,
Pour que le sommeil imposé
Puissent être une douce éternité
Qu'ton dernier souffle soit rassuré
Qu'il aille rejoindre les alisées
Que tu puisses être assurer
De mon toujours par ce baiser

Je voudrai déposer des baisers
Sur le front de l'humanité
Tant si souvent nous sommes léser
Par le manque de fraternité
Je voudrais vous dire que je t'aime
Sans condition, sans t'imposer
Que je resterai toujours le même
Une fois mon baiser déposé.
Avatar de l’utilisateur
E.L
Messages : 238
Inscription : 02 déc. 2019, 10:47

Ce soir je regarde ma vie,
Et je la trouve plutôt jolie,
J'y vois tant ce calme qui me ravi,
Des souffles et un brin de folie,
Ouais, il y a bien ma maladie,
Mais elle est une chance aussi,
Je dirais pas qu'c'est le paradis
Mais c'est loin de sentir le roussi.
Là, à mes côtés dans mon lit,
Il y a ma douce qui me sourit,
L'amour, les enfants qui nous lient
De leurs joie de vivre je me nourris.
Une petite maison, un coin tranquille,
Une petite famille, quelques amis
En douceur le temps qui défile
Me gardant loin des tatamis.

Pourtant je pleure,
Ouais j'ai les yeux qui dégoulinent
Face aux malheurs
De mes semblables qui s'echinent
À garder la tête hors de l'eau
Qui se débattent comme de beau diable
Qui peinent à porter leurs fardeaux
Qui prennent dans la gueule l'insatiable
Des quelques uns qui se foutent bien
D'partager avec leurs prochains
Qui leurs jettent quelques miettes de pains
Comme si c'était des moins que rien.
Putain, ouais je pleure
Mais c'est larmes elles sont pas pour moi,
C'est pour ces cœurs
Qui dorment l'hiver dans le froid
Et moi, je les regarde sans faim,
Mais je m'sent tellement impuissant
J'aurai bien beau tendre la main
Ça ne sera jamais suffisant.

Ce soir, je me dis que je suis béni,
Même sans églises, même sans mosquée
Je crois bien qu'il manque rien à mes nuits,
Je n'ai pas besoin de mousquet,
Et même si c'est pas toujours rose,
Je vis pas la guerre et l'infamie
C'est pas moi que les bombes arrosent
Qui me coltine des tsunamis.
Les tempêtes évitent ma demeure
Les incendies sont loin d'chez moi
Et même si près de moi on meurt
Qu'il y a quelques embûches parfois
Dans l'ensemble je me sent chanceux,
Je suis bien né et au bonne endroit
J'ai bien plus de vaine que ceux
Qui n'ont plus quasi aucun droit.

Alors je pleure
C'est plus facile que le combat
Que d'faire lueur
D'relever celui qui tomba
Sous les balles des capitaux
Sous les assauts des idéaux
Qui pensent que détruire le badaud
Aidera à redresser le chapiteau
Putain, je pleure
De ne pouvoir fermer les yeux
Sur les horreurs
Que l'on peut faire au nom des dieux
Qu'ils soient d' argent ou bien biblique
Qu'il soient or noir ou coranique
Je crois qu'au fond ils sont sataniques
Tout ces connards qui n'ont qu' la trique,
Pour faire avancer les bourriques.

Quand je fais le point sur ma vie
Je n'ai qu'un rêve inassouvit
Celui d'voir mes frères de la terre
Marcher en coeur le regard fier
Main dans la main
Même chemin
Avec le respect de chacun
Avec un petit œil coquin
Ensemble pour un même destin
Sans nœud au fond de l'intestin
Sans peur de ses frères humains
Que la seul angoisse pour demain
Soit ces peines auxquelles on peut rien,
Soit ces peines auxquelles on peut rien.
Avatar de l’utilisateur
E.L
Messages : 238
Inscription : 02 déc. 2019, 10:47

Je m'écris sur des murs,
Me diffuse sur des pages,
J'y vais sans mon armure,
Comme un grain sur la plage,
Je donne le fond de mon cœur
Feu de joie, cri de peur,
Je veux faire taire mes rancœur
Sortir de mes torpeurs.
J'ai l'utopie à l'âme,
Je la distille à tout va,
C'est elle qui porte ma flamme
À coup de fil sur caneva,
J'ai le rêve d'un meilleur
Que je ne veux pas ailleurs
Que sur cette terre en douleur
Malgré ses milles couleurs,
J'ai l'espoir de douceur
Quelques taches de rousseurs,
Mes ratiches pourries
Ravissent la petite souris
La santé défaillantes
Mais le moral au beau fixe
Malgré les tiraillantes
Et les envies de rixes.

Je vous écris ce soir
Cette petite chanson
Du haut de mon nichoir
Je suis le gai pinson
Qui siffle à nos humeurs
Qui siffle à l'unisson
Cette étrange rumeur
Qui vous donne le frisson,
Je vous poste ce soir
Cet air pour demain,
Cet air qui a vu choir
Les horreurs de l'humain.

Je ne fais pas de miracle
Même si j'aimerai tellement
Pouvoir mettre en débâcle
Chacun de nos égarement,
Pouvoir sauver mes frangins
Faire qu'il n'est pas besoin
D'user de ses engins
Qui procure des soins.

J'aimerai voir inutile
De sauver nos aimés
Ne pas voir que s'empile
Des corps inanimé,
Vous dire que la vie
Est tendre et sans noirceur
Que tous en sont ravis
Que Dieu est juste farceur.

J'aimerai chanter la joie
De nos instants présents,
Pas jouer les rabats joies
Dans les instants grisant
Vous dire que notre voie
Et de vivre inconscient
Qu'il n'y a rien de grivois
À ne pas être omniscient

L' amour au fond du cœur,
Aveugle, j'avance confiant
Mais mon âme de rockeur
Me dit de rester méfiant,
Dual sont mes pensées
En lutte permanente
Entre l'envie de danser
Et les colères défiantes,
Je suis de ces humains,
Pris entre deux feux
Celui de tendre la main
Ou de fermer les yeux
Si différent et si semblable,
Le savant qui reprends cartable
Dites moi, sauveront nous notre espèces ?
Dites moi, pourquoi je sent une laisse ?

Je vous écris ce soir
Cette petite chanson
Du haut de mon nichoir
Je suis le gai pinson
Qui siffle un chant d'espoir
Malgré les restrictions
J'ai foi qu'après le noire
Viennent l'illumination.
Avatar de l’utilisateur
Meduse
Messages : 1280
Inscription : 23 nov. 2019, 14:28

Joli
Avatar de l’utilisateur
E.L
Messages : 238
Inscription : 02 déc. 2019, 10:47

Meduse a écrit :
19 avr. 2020, 12:53
Joli
Merci
Avatar de l’utilisateur
E.L
Messages : 238
Inscription : 02 déc. 2019, 10:47

Je suis de ceux qui préfère faire attention à leurs âmes qu'à leurs corps.
Je suis de ceux qui aiment la terre et son décor,
Je suis de ceux qui admire l'ingéniosité de la nature
Je suis de ceux que l'on voudrait mettre en pâture
Mais qui ne l' accepte que de l'être,
Et qui chie sur les avoir.
Je suis de ceux qui suivent Dieu
Qui l'ont vu de leurs yeux
Entendu sous les hêtres
Comme le feu du savoir.
Je suis de ceux qui lui font confiance
Aveuglement
Amoureusement
Mais qui encore lui font défiance,
Emprisonné encore en partie
Dans la matière et ses envies
Dans l'immorale des perverties
De ceux qui de Dieu se devient.
Je suis de ceux qui aime la vie
Mais qui ne veulent pas se vendre,
Ceux qui se donne en tout gratuit
Qui vient quand l'option est de se pendre,
Mais que le faux dévot fuit
, puisque seul ce qui est cher vaut le coup,
Puisque seul ce qui a un prix vaut le coût.
Je suis de ceux qui parle à Dieu,
Comme à un frère, comme à un père
Comme à un fils comme à une mère,
Je suis de ceux qui prennent repère,
Sur tout les j'aime de l' éphémère
Sur tout les j'aime du quotidien
Restant méfiant de l'ophidien
Venant à créer l'illusion
Quand cet amour devient prison.
Je suis de ceux qui s'eteindront,
Laissant la vie par l'ascension,
Qui ici viennent sonner l'oraison
Des mots qui font révélations.
Je signe ici mon dernier chant,
Un chant du cygne du moi prêchant
Ma porte ouverte à qui le veut,
Mais qu'il sache que leur vœu,
Ils peuvent l'adresser à Dieu
Directement,
Sans intermède,
Dire humblement
Est le remède.
Je suis de ceux qui savent Dieu
Comme la fin et le commencement,
Et qui l'affirme sans tremblement
Que Dieu me suit et que je suis Dieu.
Alaric

Alors je te souhaite d'être - Dieu.

(Du reste, courage!)
Répondre
  • Information
  • Qui est en ligne ?

    Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 6 invités